dimanche 8 février 2015

Trajan, l'Empereur venu d'Espagne.

                                        On voit souvent en Trajan le meilleur Empereur que Rome ait connu. Tel était en tous cas le jugement que les Romains eux-mêmes portaient sur lui, au point que le Sénat lui décerna de son vivant le titre d'Optimo Principi,"le meilleur des Princes". Malgré tout, les sources littéraires sur Trajan sont rares : on ne sait que peu de choses, par exemple, sur la vie privée de l'Empereur et sur son épouse Plotine (un nîmoise, au passage !) Il n'existe même aucun texte contemporain de son règne - à l'exception du Panégyrique rédigé par Pline le Jeune et de la correspondance qu'il échangea avec l'Empereur, lorsqu'il était gouverneur de Bythinie.

                                        Trajan, on le connaît surtout pour ses prouesses militaires : n'a-t-il pas porté l'Empire romain à l'apogée de son extension territoriale ? Mais derrière le soldat qu'il ne cessa jamais d'être se profile aussi l'image d'un bon administrateur, d'un Prince ferme mais diplomate et d'un infatigable bâtisseur. De plus, premier Empereur né en dehors d'Italie, son accession à la Pourpre marque un tournant, en ce qu'elle est révélatrice de la profonde transformation qu'a connu l'Empire, du développement économique et politique des provinces au cours du Ier siècle et, au final, de l'inversion du rapport de forces entre l'Urbs et les territoires conquis.



Buste de Trajan.


Un Espagnol nommé Trajan : naissance et carrière avant l'Empire. 

 

 

Trajan père. (Statue du musée du Louvre.)
Marcus Ulpius Trajan naît probablement en 53 à Italica, dans la province de la Bétique (près de l'actuelle Séville.), ville profondément latinisée. Bien que ses ancêtres aient choisi de quitter l'Ombrie dont ils étaient originaires et que sa mère soit Espagnole, Trajan est donc fondamentalement plus Romain que provincial. Il n'empêche qu'il sera la premier Empereur à être né en dehors d'Italie. Son père, également appelé Marcus Ulpius Trajan, est le premier membre de la famille à atteindre le rang sénatorial. Il faut dire qu'il a toujours soutenu Vespasien au cours des guerres civiles qui ont suivi le suicide de Néron, en 69. Après la mort du dernier Julio-Claudien, quatre généraux se sont en effet disputé sa succession : Galba, Otton et Vitellius ont régné tour à tour en l'espace de quelques semaines, jusqu'à ce que Vespasien mette tout le monde d'accord. Le père de Trajan a eu le nez creux, ce qui a grandement contribué à l'ascension sociale des Trajan. Sénateur, donc, Trajan père commande la dixième légion dans la guerre juive de 67-68, devient consul vers 70 puis gouverneur de Syrie. Il sera plus tard gouverneur de Bétique et, vers la fin de sa vie, gouverneur de la province d'Asie. C'est donc de toute évidence un homme respecté et efficace, et les postes importants qu'il occupe successivement favorisent évidemment la carrière de son fils.




Trajan. (© J.-F. Peiré / MSR)

Trajan, justement, commence par servir comme tribun sous les ordres de son père en Syrie, dans les années 70.  Toutefois, il accomplit l'essentiel de sa carrière sous le règne de Domitien : prêteur en 85, il est ensuite promu au rang de Légat et commande la Septième légion Gemina, cantonnée dans la province de l'Hispania Tarraconesis (Actuel Leon). En 89, Trajan porte sa Légion au nord du Rhin, où une révolte a éclaté contre l'Empereur régnant. Mais il arrive après la bataille, et la révolte a déjà été matée. Pas rancunier, Domitien le nomme consul deux ans plus tard.



 

                                        Le problème, c'est que Domitien est un personnage sulfureux. Il a succédé à son frère Titus, lui-même ayant régné après leur père, Vespasien. Or, sous Domitien, on se croirait revenu aux plus belles heures de Caligula ou de Néron :  décrit comme un paranoïaque-sadique-fou furieux (rayez les mentions inutiles), Domitien massacre à peu près tout ce qui bouge, avec une préférence marquée pour les Chrétiens et les Sénateurs. Que cette réputation soit ou non justifiée, il cherche en tous cas à établir un régime absolutiste et règne en tyran. En toute logique, plusieurs conjurations s'organisent mais échouent, avant que l'Empereur ne soit finalement assassiné en 96. Dans ces conditions, les marques et distinctions attribuées à Trajan sont pour le moins embarrassantes.


Domitien en Imperator. (Musées du Vatican - ©Steerpike via wikipedia.)


                                        Mais Domitien était aussi honni des Sénateurs qu'apprécié des soldats. Pour lui succéder, le Sénat porte son choix sur Nerva, un vieux Sénateur sans enfants qui, lui, n'est guère populaire auprès des légionnaires. Nerva prend alors une décision audacieuse : il s'appuie sur ce Trajan, général respecté par ses hommes, qui a combattu sur le Rhin et en Orient. Certes, ce provincial était proche de Domitien, mais la solution est politiquement habile en ce qu'elle satisfait les soldats rebelles. C'est ainsi qu'en 96, Trajan est nommé gouverneur de Germanie Supérieure, puis adopté par Nerva un an plus tard - ce qui fait de lui le successeur désigné à la Pourpre. Dès Septembre 97, il reçoit d'ailleurs des pouvoirs quasiment équivalents à ceux de Nerva.
"Voilà comment Trajan devint César et ensuite Empereur, bien que Nerva eût des parents. Mais Nerva ne préféra pas sa parenté au salut de l’État ; bien que Trajan fût Espagnol et non Italien, ni même issu d'Italien, il ne l'en adopta pas moins malgré cela, car, jusqu'à ce jour, aucun étranger n'avait été empereur des Romains ; il crut qu'il fallait examiner le mérite d'un homme et non sa patrie." (Dion Cassius, "Histoire Romaine", LXVIII - 4.)

Gravure représentant Nerva et Trajan.


                                        Trajan était sans aucun doute informé des intentions de Nerva, mais on ignore s'il s'est contenté d'observer les évènements, ou s'il a agi par l'intermédiaire de ses partisans restés à Rome, afin de se rapprocher du pouvoir. Reste que cette adoption est une fine manœuvre politique : Nerva a besoin pour le seconder d'un homme populaire et suffisamment puissant pour soutenir son autorité, sévèrement mise à mal. Trajan est sans aucun doute la meilleure option à l'heure d'endiguer l'hostilité au sein de l'armée. Celle-ci se manifeste notamment par une révolte de la garde prétorienne, premier problème dont doit se charger Trajan. Plutôt que de se précipiter à Rome pour rétablir l'autorité de son père adoptif, Trajan convoque les chefs de la mutinerie en Germanie, où il est toujours stationné, sous prétexte de leur confier une mission. Au lieu de quoi les rebelles sont purement et simplement exécutés, et cela suffit à rétablir le calme à Rome.

Trajan Empereur : l'Ibère vient.


                                        Nerva meurt le 28 Janvier 98. Une fois encore, Trajan n'est pas pressé : pour l’anecdote, apprenant qu'il a été proclamé Empereur, il remercie poliment les Sénateurs de leur confiance, et leur répond qu'il viendra à Rome dès qu'il en aura le temps ! Au lieu de regagner la ville en toute hâte, il préfère effectuer une tournée d'inspection et rendre visite aux légions basées sur le Rhin et le Danube. Avec une arrière-pensée : ces légions, acquises à Domitien, ne peuvent qu'être sensibles à cette visite, et Trajan renforce ainsi son ascendant sur les soldats et prévient toute velléité de mutinerie. En outre, cela lui permet aussi de consolider les frontières.



Trajan à la poursuite de ses ennemis. (Détail de la colonne trajane - ©Cassius Ahenobarbus via wikipedia.)

                                        Le retour de Trajan à Rome, à la fin de l'été 99, donne lieu à des manifestations de joie : une foule en liesse se presse dans la rue pour saluer son entrée dans la ville. A la surprise générale, le nouvel Empereur arrive à pied, se mêle à la population et embrasse les Sénateurs ! Cette simplicité et cette humilité, qui tranchent complètement avec l'attitude de ses prédécesseurs, lui assurent une popularité qui ne se démentira pas durant les premières années de son règne.
"Quel jour que celui où vous entrâtes, longtemps attendu et vivement désiré, dans la capitale de votre empire ! et la simplicité même de cette entrée, quels sujets elle offrit d'admiration et de joie ! Les autres princes s'avançaient, je ne dis pas montés sur un char superbe et traînés par quatre chevaux blancs, mais (ce qui est plus insultant) portés sur les épaules des hommes. Vous, César, la majesté seule de votre taille vous élevait au-dessus de la foule : c'était aussi un triomphe ; mais c'est de l'orgueil des princes, et non de la patience des peuples, que vous triomphiez. Aussi ni l'âge, ni la mauvaise santé, ni le sexe, n'arrêtèrent personne, et chacun voulut repaître ses yeux d'un spectacle si nouveau.(...). C'était partout mêmes transports, mêmes acclamations. Il était juste que tous ressentissent également la joie de votre arrivée, puisque vous étiez également venu pour tous ; et cependant l'allégresse redoublait à mesure que vous avanciez, et croissait presque à chacun de vos pas. (Pline Le Jeune, "Panégyrique", XXII.)

                                        L'accession de Trajan à la Pourpre impériale est rapidement entérinée par le Sénat : pour une fois, la succession ne fait l'objet d'aucun litige et se déroule sans accroc. Le première mesure du nouvel Empereur est la déification de son prédécesseur. Se méfiant de la garde prétorienne, qui a jadis prouvé son manque de loyauté, il passe une bonne partie de son effectif au fil de l’épée et institue une nouvelle garde impériale, composée de provinciaux - les equites singulares.


Trajan Empereur : un conservateur paternaliste.


                                        Très vite, Trajan surprend par ses talents d'administrateur, autant que par ses qualités de chef d'état. S'il sait être ferme, il peut aussi se montrer diplomate et ménage le Sénat. Ainsi, lorsque Pline le Jeune, chargé de rédiger un panégyrique du nouvel Empereur, lui rappelle qu'il doit son élection au Sénat et qu'il doit donc le consulter avant toute décision, Trajan approuve. Et il respectera toujours les formes traditionnelles des institutions - du moins en apparence, car il conserve en réalité l'intégralité des pouvoirs impériaux, et choisit par exemple lui-même les consuls. Trajan maintient donc le caractère absolu du pouvoir mais sait y mettre les formes...

                                        Par ailleurs, et bien que les caisses soient désespérément vides, il n'augmente pas les impôts et préfère dévaluer massivement la monnaie, tout en lançant une vaste enquête contre les Sénateurs et gouverneurs de provinces corrompus, les obligeant à restituer l'argent détourné. Un certain Priscus doit ainsi rembourser la modeste somme de 700 000 sesterces (à peu près 15 millions de nos euros quand même...). Trajan envoie aussi des administrateurs, les correctores, chargés d'examiner les comptes des villes et provinces en difficulté budgétaire et de  rétablir les finances.


Sesterce de Trajan.


                                        S'il rogne sur les dépenses de l’État, Trajan adopte une politique d'aide sociale ambitieuse, dans la droite ligne de celle entamée par Nerva. Il affecte ainsi des fonds spéciaux à la mise en place de mesures destinées aux nécessiteux de Rome : c'est l'alimenta, qui permet de nourrir les plus pauvres et en particulier les enfants, qui reçoivent aussi une éducation. Mais Trajan sait aussi gagner les faveurs du peuple par d'autres moyens. Il organise des combats de gladiateurs, des chasses et des courses de char, et ordonne la remise en état du Circus Maximus, alors très détérioré, portant sa capacité à 250 000 spectateurs.


"Les Marchés de Trajan". (Toile de Joseph Félix Bouchor.)

                                         Sous son règne sont également entrepris de grands travaux d'urbanisme, dont l'aménagement d'un Forum. Ce bien nommé forum de Trajan comprend alors deux bibliothèques (une en langue latine, l'autre en langue grecque), la basilique Ulpienne et la colonne (encore visible aujourd'hui) célébrant la victoire contre les Daces (voir ci-dessous). Trajan fait aussi bâtir un grand ensemble de marchés répartis sur trois étages, un complexe thermal et un nouvel aqueduc, l'Aqua Trajana, qui sera le dernier aqueduc construit pour alimenter Rome.  Il lance aussi des travaux dans le port d'Ostie et la rénovation du réseau routier, avec le pavement de certaines voies, le sur-élèvement des berges et la construction de nombreux ponts. Enfin, il fonde plusieurs colonies pour les vétérans, dont Timgad en Afrique du Nord.

"Mais combien au contraire tu vois grand pour les ouvrages publics ! Ici un portique, là des sanctuaires s'élèvent comme par enchantement, si bien qu'ils semblent non des constructions entièrement nouvelles, mais des restaurations. Ailleurs, le pourtour immense du cirque rivalise avec la beauté des temples, lieu digne du peuple vainqueur du monde." (Pline Le Jeune, "Panégyrique", LI.)

                                        En ce qui concerne les Chrétiens, largement persécutés sous Domitien, ils connaissent un répit sous Trajan. S'il réprime fermement les mouvements séditieux fomentés par les Chrétiens les plus extrémistes, il ordonne dans une lettre adressée à Pline, alors gouverneur de Bythinie, d'éviter les poursuites systématiques :
"Il n'y a pas à les [les Chrétiens] poursuivre d'office. S'ils sont dénoncés et convaincus, il faut les condamner (...). Quant aux dénonciations anonymes, elles ne doivent jouer aucun rôle dans quelque accusation que ce soit ; c'est un procédé détestable qui n'est plus de notre temps." (Pline Le Jeune, "Lettres", X-97.)
De manière générale, Trajan fait preuve de tolérance, dans la mesure où l'autorité impériale n'est pas remise en cause.

                                        Il faut dire que les valeurs du christianisme ne doivent pas paraître tellement extravagantes à Trajan : adepte du stoïcisme, sans doute y trouve-t-il certains rapprochements. A ce titre, Trajan apparaît comme un homme de devoir, qui œuvre avant tout pour l’État et veut agir au nom du Bien. Dans la sphère privée, il mène une vie simple voire spartiate et, loin des débauches de luxe d'un Néron ou d'un Domitien, il reste accessible, fidèle à la première impression faite au peuple romain lors de son entrée dans la ville - sans toutefois se départir de la dignité qui sied à un Empereur. Ce mélange d'humilité et d'honneur plaît aux Romains, qui voient en lui l'image de la vertu. Eutrope rapporte que Trajan aimait à dire qu'il "faisait aux particuliers, étant empereur, l'accueil qu'il eût désiré des empereurs quand il ne l'était pas". (Eutrope, "Abrégé d'Histoire Romaine", VIII - 5.)

Trajan : Viril mais correct.


                                        Trajan accomplit l'exploit d'être aimé et apprécié de tous : sa collaboration avec le Sénat se déroule paisiblement, les habitants des provinces apprécient cet Empereur d'origine hispanique, les légionnaires le reconnaissent comme un des leurs, le peuple est enchanté de sa simplicité, et les intellectuels applaudissent la relative absence de censure et aussi son intérêt pour la philosophie. Car si Trajan n'est pas forcément un homme de culture comme le peut l'être un Marc Aurèle, le stoïcisme ne lui est pas étranger. On rapporte ainsi qu'en campagne, il emmenait avec lui le rhéteur Dion Chrysostome, pour discuter avec lui de philosophie. 



"Trajan donnant des audiences publiques." (Noël Coypel.)

                                        Grand gaillard solide aux traits marqués et au visage énergique, Trajan est avant tout un homme d'action, qui ne semble pas goûter à la politique et aux intrigues de cour. Une petite anecdote est assez révélatrice : lorsque lui parviennent en 108 des rumeurs accusant son ami le Sénateur Licinius Sura de comploter contre lui, Trajan s'invite tout simplement à dîner chez lui ! Et  il met un point d'honneur à manger tout ce qu'on lui sert, et va même jusqu'à se faire raser par son barbier, pour bien montrer qu'il a toute confiance en son hôte. Bref, un type viril mais correct, qui, avant d'être un administrateur d'Empire, reste un général et un homme de guerre. J'ai déjà souligné que notre homme était aimé et respecté par l'armée. Cette popularité n'est pas uniquement imputable à ses indéniables qualités de meneur ou à ses exploits militaires, mais aussi et surtout à la manière dont Trajan, tout comme il sait faire preuve de simplicité et de proximité envers le peuple, agit de même avec les légionnaires dont il partage le quotidien. Allant à pied lors des longues marches, il lutte en première ligne, connaît les soldats par leur nom et s'enquiert personnellement de la santé des blessés, auprès desquels il dépêche même Criton, son médecin personnel. 

                                        Reste que l'Empereur n'a pas que des qualités. Entre autres choses, il aime le vin. Beaucoup, voire un peu trop. Au point que, conscient de cette faiblesse, Trajan en vient à... interdire qu'on obéisse aux ordres qu'il donne en sortant de table ! On peut ajouter que, marié à Plotine avant son adoption par Nerva, Trajan n'aura jamais d'enfant : à sa décharge, il préfère les jeunes éphèbes, et en particulier les jeunes soldats et les jolis acteurs, comme le célèbre pantomime de l'époque, Pylades. Néanmoins, Trajan n'a rien d'un débauché et ses liaisons ne font jamais scandale - ce qui tient autant à la discrétion de l'Empereur qu'à la bienveillante compréhension de son épouse qui aime à répéter qu'elle est heureuse en ménage car, si son mari la trompe, c'est toujours avec un jeune garçon, et jamais avec une femme !


Plotine.


Une guerre peut en cacher une autre : les Daces et les Parthes.


                                        Mais si l'on se souvient surtout de Trajan aujourd'hui, c'est avant tout comme homme de guerre. Deux conflits majeurs marquent son règne : la conquête de la Dacie, et la guerre contre les Parthes.

                                        Tout d'abord, Trajan entreprend de conquérir la Dacie (Roumanie actuelle), alors gouvernée par le Roi Décébale. Officiellement, il s'agit de mettre un terme à l'accord négocié par Domitien, qui oblige Rome à verser de lourds tributs à Décébale. En réalité,  les baisses d'impôt consenties par Trajan doivent être compensées - et le sous-sol dace regorge justement de richesses, et principalement de mines d'or. Au terme de deux campagnes (au cours des années 101 - 102 et 105 - 106), Trajan a fait main basse sur ces ressources minières, quasiment exterminé les Daces, vaincu Décébale qui est contraint au suicide, et la région devient une province romaine. Cette guerre marque la dernière grande conquête de l’Histoire de l'Empire romain, qui atteint à ce moment-là son apogée territoriale. L'histoire des guerres daces est illustrée par les impressionnantes sculptures qui s'étendent en spirale tout autour de la célèbre colonne trajane, que j'ai déjà évoquée ci-dessus.


La colonne trajane.

                                        Après avoir fait un sort aux Daces, Trajan se tourne vers l'Orient et plus précisément vers l'Empire parthe. Cette fois, l'Arménie est au cœur du conflit : autrefois vassal de Rome, ce royaume est un point de discorde incessant entre romains et Parthes. Or, les Parthes ont renversé le roi d'Arménie, et l'ont remplacé par un souverain qui leur est nettement plus favorable. En 106, Trajan a déjà annexé l'Arabie Pétrée, centre névralgique d'une route caravanière reliant les villes de Petra et Bostra. Cette fois, la conquête ne s'est pas faite par les armes car, impressionnée par les victoires romaines, l'Arabie s'est soumise d'elle-même, devenant un royaume-client. C'est une base idéale pour lancer la campagne contre les Parthes. Trajan rassemble donc ses légions, et il ne fait pas de quartier : il conquiert l'Arménie en 114, la Mésopotamie et l'Assyrie en 115. La même année, il fait même tomber Ctésiphon, la capitale des Parthes. Marchant sur les traces de son héros Alexandre le Grand, Trajan a finalement accompli le rêve de César, Antoine et Crassus et a conquis l'Orient. La victoire semble assurée.


L'armée romaine en marche. (Détail de la colonne trajane.)

                                        Sauf que non. A Rome, certains sénateurs commencent à rechigner, jugeant que l'expansion de l'Empire est trop importante. Surtout, les Juifs de Chypre, de Cyrène et d’Égypte se soulèvent et les émeutes essaiment dans tout l'Orient, menaçant les nouvelles possessions romaines. Pour couronner le tout, les états récemment conquis se révoltent, obligeant Trajan à battre en retraite, de peur de se retrouver coupé de sa base et piégé en territoire ennemi.  Pour se sortir de ce bourbier, l'Empereur est contraint de signer la paix avec les Parthes, leur restituant une... partie de la Parthie (!) et leur abandonnant l'Arménie. Ces revers ternissent la réputation de Trajan, jusqu'à lors invaincu, et il reprend finalement le chemin de Rome - qu'il ne reverra jamais. En route, il est frappé par un accident vasculaire cérébral qui le laisse partiellement paralysé, et il meurt peu après, le 8 Août 117 à Sélinonte, en Cilicie. (Turquie actuelle). Il est incinéré sur place, et ses cendres sont rapatriées à Rome, où elles sont placées dans une urne d'or, dans le socle de la colonne trajane. Lui-même est immédiatement divinisé par le Sénat.


En guise de conclusion.


                                        La succession de Trajan ne se fait pas sans heurts. A priori, Trajan avait toute confiance en un de ses généraux, Lucius Quietus, et peut-être envisageait-il de lui confier l'Empire. Mais coup de théâtre : le jour suivant le décès de Trajan, son épouse Plotine annonce qu'il a adopté son neveu Hadrien sur son lit de mort. Plotine a-t-elle falsifié le testament de son défunt mari, comme on le pense souvent ? Probablement, d'autant que Lucius Quietus est rapidement exécuté par un proche d'Hadrien. Ce dernier nie en avoir donné l'ordre, mais l'assassin n'en est pas moins nommé sénateur dans la foulée... Malgré tout, Trajan n'avait apparemment pas pris de dispositions définitives pour régler sa succession, et le subterfuge de Plotine permet au moins d'éviter une nouvelle lutte sanglante entre prétendants.



Buste d'Hadrien jeune.


                                        Devenu Empereur, Hadrien retire les troupes de Mésopotamie et d'Arménie, et il met un terme à la politique expansionniste romaine, anéantissant le rêve d'un Empire infini que semblait caresser Trajan.  Malgré cela, Trajan est souvent considéré comme l'un des meilleurs Empereurs que Rome ait connu, et non sans raison : au cours de ses 9 années de règne, ses exploits militaires portent l'Empire à l'apogée de son expansion territoriale, il assoit l'administration impériale et contribue à embellir Rome par une politique de construction ambitieuse. Sa renommée est telle que, trois siècles plus tard, le sénat romain souhaite aux nouveaux empereurs d'être "plus heureux qu'Auguste et meilleur que Trajan" ("Felicior Augusto , melior Trajan").

                                        Montesquieu lui-même appuie cette idée, en écrivant dans son ouvrage sur les causes de la décadence de l'Empire romain :
 "Nerva adopta Trajan, prince le plus accompli dont l'histoire ait jamais parlé. Ce fut un bonheur d'être né sous son règne. Il n'y en eut point de si heureux ni de si glorieux pour le peuple romain. Grand homme d'état, grand capitaine, ayant un cœur bon qui le portait au bien, un esprit éclairé qui le montrait le meilleur, une âme noble, grande, belle, avec toutes les vertus, n'étant extrême sur aucune. Enfin l'homme le plus propre à honorer la nature humaine, et à représenter la divine". (Montesquieu, "Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence.", XV.)


"La justice de Trajan". (Eugène Delacroix - détail.)

                                        Il n'est pas évident de porter un jugement sur un homme à posteriori mais, au contraire de Paul Veyne qui voit en lui un "soudard bas du front", je dois reconnaître que j'ai une certaine affection pour Trajan. Certes militaire dans l'âme, il est l'archétype de l'Empereur paternaliste, ferme mais juste, proche du peuple mais sans se départir de l'auctoritas attachée sa fonction. Évidemment, les sources sont rares et très partiales - le terme de Panégyrique par exemple vous avait sûrement mis sur la voie - et il est donc difficile de livrer un portrait précis de Trajan, qui apparaît quasiment doté de toutes les qualités, et de rares défauts qui ne le rendent que plus sympathique... Pas sûr que les Daces apprécient !  En revanche, les Roumains semblent plus enthousiastes puisque leur hymne national, "Éveille-Toi, Roumain !", célèbre Trajan :
"Maintenant ou jamais, montrons au monde
Que dans nos veines coule encore le sang romain,
Et que nos poitrines gardent avec fierté
Un nom victorieux, héritier de Trajan !"
Alors que l'hymne espagnol se fiche de Trajan comme de l'an 98 (celui de son accession à l'Empire), c'est quand même un comble !

8 commentaires:

minvtio a dit…

Plotine un Nîmoise ? t'es sûre ? :p
En parlant d'hymne nationnal celui de la Roumanie parle de Trajan

FL a dit…

Pour être honnête, j'en ai été aussi surprise que toi : je ne l'avais jamais entendu dire. C'est en faisant des recherches que j'ai découvert l'info dans un bouquin espagnol (sur Italica) - info confirmée par d'autres sources a priori sérieuses. (Dont l'Encyclopedia Britannica...) Personnellement, ça me fait bizarre ;-)

Lylllia a dit…

" bien que les caisses soient désespérément vides, il n'augmente pas les impôts ... tout en lançant une vaste enquête contre les Sénateurs et gouverneurs de provinces corrompus, les obligeant à restituer l'argent détourné... " TOUT UN PROGRAMME ..." Cela pourrait donner des idées !
Au passage : une émission passionnante sur la Rome de Néron , samedi 7 Février France5 à 23:30.Reconstruction de la ville pas si farfelue que ça !

FL a dit…

Oui, certains pourraient s'en inspirer ! Quant au documentaire sur Néron, il était effectivement très intéressant - même si j'ai bondi intérieurement en entendant que Néron était "couronné par le Sénat"... Je pense que l'émission est en replay : on doit pouvoir la trouver sur le site de France 5. (Vous avez donné tous les détails, merci !)

Lyllia a dit…

Je lis tous tes posts depuis le début et j'ai accumulé beaucoup de retard puisque j'ai découvert ton blog très tardivement .

J'ai aimé les jeux dans "panem et circenses " Je t 'en signale d'autres mais tu les connais sans doute ou peut-être les as-tu déjà signalés .(Je ne suis qu'en Juin 2012 )
http://www.arretetonchar.fr/jeux-logiciels/
Vale

Munirius a dit…

Super article sur un de mes empereurs préférés! Et avec d'audacieux calembours comme je les aime :D! Grand merci!
Je reviens d'un séjour au Maroc où j'ai pu visiter les ruines de Sala Colonia dans l'actuelle Chellah (prés de Rabat).
Si vous le désirez, je peux vous envoyer des photos (prises avec mon portable, j'avais pas mieux..).
J'ai en stock l'intérieur d'un bâtiment administratif, les ruines d'une citerne, de thermes, du temple dédié à Jupiter, Minerve et Junon, etc..
La prochaine fois, je me ferai Volubilis, prés de l'actuel Meknès!

FL a dit…

Re-bonjour,

Bon, tu as de quoi lire... J'espère que tu passeras un bon moment :-)

Excellente initiative que d'avoir signalé le lien vers les jeux de www.arretetonchar.fr ! D'autant que je ne sais pas si les liens que j'avais postés sont encore valides... Je vais tester ceux que tu as dénichés de ce clic !

FL a dit…

Oops, décalage dans les commentaires : après avoir répondu à Lyllia, un petit mot pour Munirius !

Merci beaucoup pour votre message et la proposition. Je ne doute pas que vous ayez été enchanté par votre séjour en Afrique romaine, et j'espère que vous pourrez poursuivre cette découverte : il y a tant de sites à explorer... et à photographier ! (Et je ne manquerai pas d'en profiter si besoin ;-) )