dimanche 22 mars 2015

Le joli mois de Mercedonius.


                                        J'aime énormément l'Antiquité romaine et il m'arrive, comme tous les passionnés-un-peu-frappés, de m'y projeter et d'essayer de m'imaginer quelle aurait pu être ma vie si j'étais née sous la République ou sous l'Empire. Mais dans mes rares moments de lucidité, je remercie le sort de vivre à notre époque, qui présente des avantages aussi futiles que l'électricité, les antibiotiques, la voiture, le chocolat, la série TV "Justified"... et le calendrier. Parce que lorsque j'essaye d'appréhender toutes les subtilités du calendrier romain, je me dis souvent que je ferais mieux d'essayer d'enfiler des moufles à mon poisson rouge : ce serait plus facile. Alors bien sûr, Jules César a remis un peu d'ordre dans toute cette pagaille en 45 avant J.C., en instituant le (bien nommé) calendrier julien. C'est une des raisons pour lesquelles j'aurais sans nul doute été Césarienne sous la République : cette réforme a certainement épargné bien des crises de nerfs à la plupart des Romains, probablement aussi perdus que moi devant la complexité du calendrier pompilien, alors en vigueur. Et tout ça, en grande partie à cause d'un mois intercalaire...

                                        Selon Macrobe, il est difficile de dire qui est à l'origine de l'instauration de ce mois supplémentaire. Il rapporte ainsi différentes opinions, qui en attribuent respectivement la paternité à Romulus, Numa Pompilius, Servius Tullius, ou tel obscur consul ou decemvir. L'hypothèse généralement admise fait toutefois remonter l'apparition du mois intercalaire au règne de Numa (VIIème siècle avant J.C.).


Denier de Pompée figurant Numa. (©Ann Raia via Vroma.)


                                        A l'origine, le calendrier instauré par Numa Pompilius au VIIème siècle avant J.C. comportait 355 jours répartis sur 12 mois. Ce calendrier lunaire présentait donc un écart d'environ 11 jours avec l'année solaire, engendrant un décalage entre la date légale et le cours des saisons. Pour rétablir le synchronisme et faire coïncider les deux calendriers, Numa décida d'intercaler un mois supplémentaire - mensis intercalis - de 22 ou 23 jours, entre Février et Mars, tous les deux ans. Sauf que tous les 22 ans, on sautait ce fameux mois supplémentaire. Concrètement, le mois de Février (qui comptait normalement 27 jours) était amputé de 5 jours, et le mois intercalaire débutait après le 23 Février. Ce n'est déjà pas simple, mais ça va encore se compliquer...
"Numa reconnut que l’inégalité était de onze jours ; que les révolutions de la lune se faisaient en trois cent cinquante-quatre jours, et celles du soleil en trois cent soixante-cinq : il doubla donc ces onze jours, et il en fit un mois de vingt-deux jours, qu’il intercalait, tous les deux ans, après celui de février. Ce mois intercalaire est appelé par les Romains Mercedinus. Au reste, le remède qu’il apporta à cette inégalité devait lui-même exiger dans la suite des remèdes plus grands encore." (Plutarque, "Vie de Numa", XXIII.)

Reproduction d'une fresque montrant le calendrier avant la réforme julienne. (©Verdy P. via wikipedia.)



                                        La décision de l'introduction du mois intercalaire et de sa durée incombait au collège des Pontifes qui, logiquement, devait veiller à ce que le calendrier coïncide avec le temps réel, de sorte que les fêtes des moissons ne tombent pas en pleine période de semailles, et qu'on ne fête pas l'été en Octobre (Je caricature à peine). Oui, mais voilà : le vénérable collège sacerdotal s'arrangeait volontiers avec les différents calendriers, supprimant ou rajoutant des jours, voire oubliant purement et simplement d'"intercaler" à sa guise.
"Les Romains, dans les premiers temps de leur monarchie, n'avaient pas même des périodes fixes et réglées pour accorder leurs mois avec l'année; et il en résultait que leurs sacrifices et leurs fêtes, en reculant peu à peu, se trouvaient successivement dans des saisons entièrement opposées à celles de leur établissement. Bien plus, au temps de César, où l'année solaire était seule en usage, le commun des citoyens n'en connaissait pas la révolution; les prêtres, qui seuls avaient la connaissance des temps, ajoutaient tout à coup, sans qu'on s'y attendit, un mois intercalaire, qu'ils appelaient Mercedonius, que le roi Numa avait imaginé." (Plutarque, "Vie de César", LIX.)

Auguste en Grand Pontife.


                                        On pourrait croire les Pontifes étourdis ou facétieux, mais la réalité est moins réjouissante : ils répondaient en fait aux pressions ou aux offres de pots-de-vin de hommes politiques qui, en allongeant ou en raccourcissant la durée de l'année en cours, agissaient du même coup sur la durée de leur mandat ou de ceux de leurs adversaires.
"On vit des temps où, par superstition, l'intercalation fut totalement omise; mais ce fut aussi quelquefois par l'intervention des prêtres, qui, en faveur des publicains, voulant tantôt raccourcir, tantôt allonger l'année, lui faisaient subir une augmentation ou une diminution de jours; en sorte que le motif de l'exactitude fournissait le prétexte d'introduire la plus grande confusion."( Macrobe, "Des Saturnales", I-14.)

                                        Effectivement, la confusion la plus totale régnait et bien malin qui pouvait donner la date exacte... On notera au passage que seul Plutarque mentionne le nom de ce mois, qu'il appelle d'ailleurs de deux manières différentes : Mercedinus dans le premier extrait, Mercedonius dans le second. Dans les deux cas, la racine du mot renvoie au terme "merces", signifiant en Latin salaire, rente, prix. Plusieurs théories ont été émises pour expliquer cette étymologie : dédicace à la Déesse Mercadona qui présidait au paiement des marchandises, date de paiement des loyers... Mais aucune n'est tout à fait convaincante.

Jules César. (©Louvre.edu.)

                                        Toujours est-il que Jules César mit un terme à cette joyeuse pagaille, en supprimant définitivement le mois intercalaire lors de l'introduction du calendrier portant son nom. Mais pour l'anecdote, tout le monde ne fut pas enchanté par cette réforme et Cicéron y trouva même un prétexte pour fustiger le dictateur, qui prétendait même décider de la course du temps. Plutarque raconte en effet que, ayant entendu quelqu'un dire que la constellation de la Lyre se lèverait le lendemain, il rétorqua : "Oui, elle se lèvera par édit..." Mais il est vrai que Cicéron aurait tué pour faire un bon mot !

dimanche 15 mars 2015

Mappalice : Saint, martyr et nouveau voisin.

                                       Je vous l'avais promis : après un déménagement épique, à côté duquel la conquête de la Gaule fut sans doute une franche rigolade, je reprends mon calame (ou plutôt mon clavier) et la rédaction de ce blog. En dépit de quelques ajustements à venir, me voici à nouveau prête à chausser mes sandales pour arpenter les chemins de l'Antiquité romaine. Et justement, puisque tous les chemins mènent à Rome, il ne m'a pas fallu longtemps pour dénicher un petit bout d'Antiquité, à quelques mètres à peine de chez moi...

                                       Quittant Nîmes pour le Vaucluse, près d'Orange au pied du Mont Ventoux, je ne suis finalement pas trop dépaysée : j'ai simplement troqué la Maison carrée et les arènes pour le théâtre antique et l'Arc de triomphe. En revanche, je n'étais pas forcément très optimiste quant aux éventuelles traces que mes chers Romains avaient pu laisser à Jonquières, mon village d'adoption. Il faut dire que l'endroit n'a longtemps été qu'une zone marécageuse, apparemment inoccupée durant l'Antiquité. Les recherches archéologiques menées sur place n'ont révélé que quelques pièces d'argent en majorité celtes, et la présence romaine se concentrait surtout aux alentours, où des tombes et une nécropole ont été mises au jour.


Saint Mappalice, sur la façade de l'église de Jonquières.


                                       Pourtant, au cœur du dédale des petites rues sinuant dans le centre se dresse une église du XIIème siècle. De 1137 pour être précise, date de la première construction réalisée à la demande du Pape Innocent II. Or, au-dessus de la porte se trouve une niche contenant la statue de son saint protecteur : Saint Mappalice. Bon, j'admets volontiers mon ignorance en ce qui concerne les saints catholiques (après tout, je suis protestante !), mais celui-là, je n'en avais vraiment jamais entendu parler. Renseignements pris, ce Saint Mappalice n'est pas n'importe qui.

                                       Nous sommes en 249. Trajan Dèce est le nouvel empereur, et il hérite d'une bien piètre situation: attaqué par les Barbares sur les frontières, le territoire dominé par Rome est aussi frappé par de nombreuses crises intérieures qui menacent directement le pouvoir impérial. Dèce entreprend donc de restaurer la cohésion de l'Empire en édictant toute une série de mesures destinées à rassembler le peuple autour du culte impérial et de la Pax deorum, garante du maintien de la paix et de la prospérité. Fin 249 ou début 250, il promulgue notamment un édit imposant à tous les citoyens de l'Empire de sacrifier aux Dieux. Il s'agit davantage d'un serment d'allégeance à l'Empereur et à l’État que d'une mesure strictement religieuse. Mais si elle s'applique à tous et ne vise pas spécifiquement les Chrétiens, il est impensable pour ceux-ci d'y obéir : nombre d'entre eux refusent. Ils sont alors arrêtés.


Trajan Dèce. (Musées du Capitole.)


                                       Certains abjurent leur foi et se soumettent, mais d'autres persistent et restent fidèles à leur religion: ils meurent sous la torture. Bien que de courte durée (dès la seconde année du règne de Dèce, les persécutions s'éteignent et la tolérance religieuse redevient la norme), cette répression est extrêmement violente - en particulier en Orient, où éclatent par exemple des pogroms anti-chrétiens à Alexandrie ou Carthage. Et c'est justement à Carthage qu'apparaît notre Mappalice. Il demande le pardon de l’Église pour sa mère et sa sœur qui ont abjuré, et lui-même refuse de sacrifier aux Dieux païens et à l'Empereur. Il est torturé et exécuté, et son martyre est cité par Saint Cyprien, évêque de la cité, dans plusieurs de ses lettres :
"La présente lutte en a fourni une preuve. Une parole pleine de l'Esprit saint est tombée des lèvres d'un martyr, lorsque le bienheureux Mappalice, au milieu des tourments, dit au proconsul : 'Demain, vous aurez le spectacle d'un combat dans l'arène'. Cette promesse, qui témoignait du courage de sa foi, Dieu l'a accomplie. Une lutte céleste, un combat de martyr a été mené, et le serviteur de Dieu a remporté la couronne dans la lutte annoncée. (...) Le bienheureux martyr et ses compagnons de lutte, fermes dans la foi, patients dans la souffrance, victorieux dans la torture : je vous souhaite et je vous recommande ardemment de les imiter à votre tour." (Cyprien de Carthage, "Lettres", X-4-1.)
On ne peut pas dire que Cyprien ne suit pas ses propres conseils : suite à ses écrits, il est à son tour victime de la répression et connaît le même sort que Mappalice.



Le martyr de Saint Mappalice. (via Hagiopedia.blogspot.com )

                                       Reste une énigme : que fait donc ce saint martyr carthaginois, perdu en plein cœur de la Provence? Mystère. Le site internet de Jonquières mentionne simplement un texte relatant la visite de l’évêque d’Orange, et selon lequel un culte a été rendu à Saint Mappalice dans l'église du village où ses reliques ont été vénérées. Mais après tout, nouvelle Jonquiéroise venant de Nice via Londres et Nîmes, qui suis-je pour juger de l'itinéraire emprunté par mon nouveau voisin ? 






dimanche 22 février 2015

A l'attention des lecteurs.


                                        Un bref message pour vous informer qu'au cours des quelques semaines à venir, les parutions de La Toge Et Le Glaive seront sans doute moins régulières, et pour vous en expliquer la raison. Sans entrer dans les détails, je suis en plein changement personnel et professionnel : le temps que tout se mette en place, je serai donc moins disponible. Entre autres choses, je m'apprête à quitter Nîmes pour m'installer à quelques kilomètres, près d'Orange. Je reste donc au cœur de la Narbonnaise, au milieu des vestiges romains... Je vous en dirai davantage dans un prochain article - en lien, évidemment, avec la romanité !

                                        J'essayerai toutefois de publier le plus régulièrement possible, en espérant que mon déménagement et ma reconversion professionnelle me le permettront. En attendant, vous pouvez toujours vous inscrire à la liste de diffusion (en marge à gauche) en indiquant votre adresse e-mail.

                                        A bientôt...

Bonne lecture : "Hérode le Grand" de Christian-Georges Schwentzel.


                                        Il est toujours difficile d'approcher la réalité d'un personnage historique, qu'on ne connaît le plus souvent qu'au travers de témoignages partiaux et partiels ou d'actions qu'il faut interpréter a posteriori, à l'aune de critères qui ne sont pas forcément les nôtres. Sans doute est-ce encore plus vrai lorsqu'on aborde les grandes figures antiques, notamment de par la rareté des sources et leur manque de fiabilité, mais aussi parce que l'Histoire cède parfois le pas à une légende dont le héros a quelque chose d'édifiant, bien que caricatural. Cléopâtre ou Néron en sont de bons exemples, mais le Roi Hérode n'est pas en reste.

                                        Dans l'imaginaire collectif, Hérode est ce roi mégalomane, cruel et tyrannique, qui ordonna le massacre des nouveaux-nés hébreux et fit exécuter une bonne partie de sa petite famille. Bon sang ne saurait mentir : on retient de son fils, Hérode Antipas, qu'il fit décapiter Saint Jean-Baptiste à la demande de sa belle-fille Salomé, qui l'avait séduit par sa danse lascive. Des récits rapportés par les Évangiles et à partir desquels s'est construite la légende noire de la dynastie hérodienne. Mais qu'en est-il en réalité ? Cette sinistre réputation est-elle méritée ? Qui étaient vraiment Hérode le Grand et ses descendants ? Questions d'autant plus légitimes  lorsqu'on sait que les textes bibliques contredisent les autres témoignages de l'époque, comme celui de l'historien juif Flavius Josèphe...

                                        Tel est le point de départ de "Hérode le Grand", ouvrage publié en 2011 par Christian-Georges Schwentzel, professeur en Histoire ancienne à l'université de Lorraine (Metz). S'il se présente comme la confrontation des différents textes pour tenter de dresser le portrait du roi Hérode et de ses successeurs, le livre va cependant beaucoup plus loin. Après un chapitre d'introduction rappelant le contexte géopolitique et les grands courants divisant le peuple juif, il offre une étude érudite mais passionnante de leur action politique et de la propagande dynastique. Mêlant habilement essai thématique et biographie, l'auteur a l'intelligence d'aborder son sujet sur plusieurs fronts : archéologie, numismatique, étude de textes antiques ou modernes, etc. Le texte est érudit, parfois un peu austère pour le néophyte, mais il demeure accessible et bien écrit.


"Le Roi Hérode sur son trône" (De Théophile Lybaert, 1883.)

                                        Loin du paranoïaque sadique, Hérode le Grand apparaît comme un personnage beaucoup plus complexe. De son ascension à son règne (37 à 4 avant J.C.), on découvre le parcours de ce roi qui parvint à louvoyer en permanence entre les différentes forces en présence, sachant faire la preuve de sa puissance militaire autant que de ses talents de diplomate. Présenté par l'auteur comme un Janus à double visage, Hérode est en effet un personnage dual. Roi juif et roi hellénistique, respectueux des traditions religieuses mais relais de la puissance romaine, implacable ennemi de Cléopâtre, ami d'Antoine puis d'Auguste, Hérode est un personnage de l'entre-deux : entre deux mondes, entre deux cultures, entre deux camps politiques. Un roi funambule, qui réussit à se maintenir au pouvoir dans un territoire déchiré par les querelles idéologiques et les pressions des différents groupes religieux.

                                        Le livre soulève davantage de questions qu'il n'apporte de réponses - et c'est bien normal. Car une fois posé le respect des rituels ou la fidélité à Rome, comment en déterminer la part de sincérité et la part de calcul ? L'auteur n'y prétend pas, mais il analyse avec finesse et pertinence les éléments idéologiques mis en place par Hérode pour asseoir et consolider son pouvoir, la construction a posteriori de sa légitimité dynastique, l'utilisation de l'iconographie et de la symbolique à la fois juive et hellénistique. C'est sans doute la partie la plus intéressante de l'ouvrage, qui aborde toutefois bien d'autres thématiques comme par exemple l'administration ou l'économie sous le règne d'Hérode.

                                        Quant à ses successeurs - Hérode Archélaos, les tétrarques Hérode Antipas et Philippe, Agrippa Ier, Agrippa II et Bérénice - ils se voient consacrer un dernier long chapitre évoquant leurs règnes et vies respectifs, mais mettant surtout l'accent sur la manière dont ils poursuivirent ou tentèrent de poursuivre l'action de leur ancêtre. Mais piégée dans l'inévitable escalade de la confrontation entre les Juifs et le pouvoir romain qui aboutira à la destruction du Temple de Jérusalem en 70, la dynastie hérodienne ne s'en relèvera pas.

                                        Parmi ses portraits, ceux d'Hérode Antipas et de Bérénice retiennent évidemment l'attention : le premier en raison de l'exécution de Jean-Baptiste, la seconde pour son histoire d'amour avec le futur Empereur Titus. Deux épisodes qui - et ce n'est pas un hasard - ont fourni matière à quelques sublimes œuvres picturales, littéraires ou musicales (On songe à Richard Strauss ou Oscar Wilde dans le cas de Salomé, à Racine dans celui de Bérénice)... Sur ces deux sujets, Christian-Georges Schwentzel apporte d'intéressants éclaircissements, soulignant par exemple que la danse de Salomé, alors âgée de 13 ans, tenait davantage du gracieux compliment d'une enfant plutôt que d'un striptease lascif... Comme il l'a fait pour Hérode, il confronte les textes et interroge la chronologie pour en extraire la vraisemblance. Même procédé quant à la liaison de Titus et Bérénice, recontextualisée et remise en perspective.

                                        Cependant, c'est bien le personnage d'Hérode le Grand qui écrase de son aura l'ensemble du livre. Un livre qui ne prétend pas le réhabiliter, ni le disculper des crimes qu'il a pu commettre. Sans l'en dédouaner, il souligne ainsi les nombreux succès à porter à son crédit, tant sur le plan économique que religieux ou politique. Si en refermant le livre, on ne sait toujours pas dans quelle mesure Hérode était cynique ou sincère, on a pourtant l'impression de mieux comprendre ses motivations. Et peut-être même d'avoir entraperçu son vrai visage, au détour d'une page... Enfin, tout comme le contexte juif permet de faire la lumière sur sa personnalité, le portrait d'Hérode apporte un éclairage sur le monde qui était le sien, et qui vit la naissance du christianisme.  Ce qui est déjà remarquable !





"Hérode le Grand" de Christian-Georges Schwentzel.

Éditions Flammarion, collection Pygmalion.
324 pages, 23€90.

Lien ici.


dimanche 8 février 2015

Trajan, l'Empereur venu d'Espagne.

                                        On voit souvent en Trajan le meilleur Empereur que Rome ait connu. Tel était en tous cas le jugement que les Romains eux-mêmes portaient sur lui, au point que le Sénat lui décerna de son vivant le titre d'Optimo Principi,"le meilleur des Princes". Malgré tout, les sources littéraires sur Trajan sont rares : on ne sait que peu de choses, par exemple, sur la vie privée de l'Empereur et sur son épouse Plotine (un nîmoise, au passage !) Il n'existe même aucun texte contemporain de son règne - à l'exception du Panégyrique rédigé par Pline le Jeune et de la correspondance qu'il échangea avec l'Empereur, lorsqu'il était gouverneur de Bythinie.

                                        Trajan, on le connaît surtout pour ses prouesses militaires : n'a-t-il pas porté l'Empire romain à l'apogée de son extension territoriale ? Mais derrière le soldat qu'il ne cessa jamais d'être se profile aussi l'image d'un bon administrateur, d'un Prince ferme mais diplomate et d'un infatigable bâtisseur. De plus, premier Empereur né en dehors d'Italie, son accession à la Pourpre marque un tournant, en ce qu'elle est révélatrice de la profonde transformation qu'a connu l'Empire, du développement économique et politique des provinces au cours du Ier siècle et, au final, de l'inversion du rapport de forces entre l'Urbs et les territoires conquis.



Buste de Trajan.


Un Espagnol nommé Trajan : naissance et carrière avant l'Empire. 

 

 

Trajan père. (Statue du musée du Louvre.)
Marcus Ulpius Trajan naît probablement en 53 à Italica, dans la province de la Bétique (près de l'actuelle Séville.), ville profondément latinisée. Bien que ses ancêtres aient choisi de quitter l'Ombrie dont ils étaient originaires et que sa mère soit Espagnole, Trajan est donc fondamentalement plus Romain que provincial. Il n'empêche qu'il sera la premier Empereur à être né en dehors d'Italie. Son père, également appelé Marcus Ulpius Trajan, est le premier membre de la famille à atteindre le rang sénatorial. Il faut dire qu'il a toujours soutenu Vespasien au cours des guerres civiles qui ont suivi le suicide de Néron, en 69. Après la mort du dernier Julio-Claudien, quatre généraux se sont en effet disputé sa succession : Galba, Otton et Vitellius ont régné tour à tour en l'espace de quelques semaines, jusqu'à ce que Vespasien mette tout le monde d'accord. Le père de Trajan a eu le nez creux, ce qui a grandement contribué à l'ascension sociale des Trajan. Sénateur, donc, Trajan père commande la dixième légion dans la guerre juive de 67-68, devient consul vers 70 puis gouverneur de Syrie. Il sera plus tard gouverneur de Bétique et, vers la fin de sa vie, gouverneur de la province d'Asie. C'est donc de toute évidence un homme respecté et efficace, et les postes importants qu'il occupe successivement favorisent évidemment la carrière de son fils.




Trajan. (© J.-F. Peiré / MSR)

Trajan, justement, commence par servir comme tribun sous les ordres de son père en Syrie, dans les années 70.  Toutefois, il accomplit l'essentiel de sa carrière sous le règne de Domitien : prêteur en 85, il est ensuite promu au rang de Légat et commande la Septième légion Gemina, cantonnée dans la province de l'Hispania Tarraconesis (Actuel Leon). En 89, Trajan porte sa Légion au nord du Rhin, où une révolte a éclaté contre l'Empereur régnant. Mais il arrive après la bataille, et la révolte a déjà été matée. Pas rancunier, Domitien le nomme consul deux ans plus tard.



 

                                        Le problème, c'est que Domitien est un personnage sulfureux. Il a succédé à son frère Titus, lui-même ayant régné après leur père, Vespasien. Or, sous Domitien, on se croirait revenu aux plus belles heures de Caligula ou de Néron :  décrit comme un paranoïaque-sadique-fou furieux (rayez les mentions inutiles), Domitien massacre à peu près tout ce qui bouge, avec une préférence marquée pour les Chrétiens et les Sénateurs. Que cette réputation soit ou non justifiée, il cherche en tous cas à établir un régime absolutiste et règne en tyran. En toute logique, plusieurs conjurations s'organisent mais échouent, avant que l'Empereur ne soit finalement assassiné en 96. Dans ces conditions, les marques et distinctions attribuées à Trajan sont pour le moins embarrassantes.


Domitien en Imperator. (Musées du Vatican - ©Steerpike via wikipedia.)


                                        Mais Domitien était aussi honni des Sénateurs qu'apprécié des soldats. Pour lui succéder, le Sénat porte son choix sur Nerva, un vieux Sénateur sans enfants qui, lui, n'est guère populaire auprès des légionnaires. Nerva prend alors une décision audacieuse : il s'appuie sur ce Trajan, général respecté par ses hommes, qui a combattu sur le Rhin et en Orient. Certes, ce provincial était proche de Domitien, mais la solution est politiquement habile en ce qu'elle satisfait les soldats rebelles. C'est ainsi qu'en 96, Trajan est nommé gouverneur de Germanie Supérieure, puis adopté par Nerva un an plus tard - ce qui fait de lui le successeur désigné à la Pourpre. Dès Septembre 97, il reçoit d'ailleurs des pouvoirs quasiment équivalents à ceux de Nerva.
"Voilà comment Trajan devint César et ensuite Empereur, bien que Nerva eût des parents. Mais Nerva ne préféra pas sa parenté au salut de l’État ; bien que Trajan fût Espagnol et non Italien, ni même issu d'Italien, il ne l'en adopta pas moins malgré cela, car, jusqu'à ce jour, aucun étranger n'avait été empereur des Romains ; il crut qu'il fallait examiner le mérite d'un homme et non sa patrie." (Dion Cassius, "Histoire Romaine", LXVIII - 4.)

Gravure représentant Nerva et Trajan.


                                        Trajan était sans aucun doute informé des intentions de Nerva, mais on ignore s'il s'est contenté d'observer les évènements, ou s'il a agi par l'intermédiaire de ses partisans restés à Rome, afin de se rapprocher du pouvoir. Reste que cette adoption est une fine manœuvre politique : Nerva a besoin pour le seconder d'un homme populaire et suffisamment puissant pour soutenir son autorité, sévèrement mise à mal. Trajan est sans aucun doute la meilleure option à l'heure d'endiguer l'hostilité au sein de l'armée. Celle-ci se manifeste notamment par une révolte de la garde prétorienne, premier problème dont doit se charger Trajan. Plutôt que de se précipiter à Rome pour rétablir l'autorité de son père adoptif, Trajan convoque les chefs de la mutinerie en Germanie, où il est toujours stationné, sous prétexte de leur confier une mission. Au lieu de quoi les rebelles sont purement et simplement exécutés, et cela suffit à rétablir le calme à Rome.

Trajan Empereur : l'Ibère vient.


                                        Nerva meurt le 28 Janvier 98. Une fois encore, Trajan n'est pas pressé : pour l’anecdote, apprenant qu'il a été proclamé Empereur, il remercie poliment les Sénateurs de leur confiance, et leur répond qu'il viendra à Rome dès qu'il en aura le temps ! Au lieu de regagner la ville en toute hâte, il préfère effectuer une tournée d'inspection et rendre visite aux légions basées sur le Rhin et le Danube. Avec une arrière-pensée : ces légions, acquises à Domitien, ne peuvent qu'être sensibles à cette visite, et Trajan renforce ainsi son ascendant sur les soldats et prévient toute velléité de mutinerie. En outre, cela lui permet aussi de consolider les frontières.



Trajan à la poursuite de ses ennemis. (Détail de la colonne trajane - ©Cassius Ahenobarbus via wikipedia.)

                                        Le retour de Trajan à Rome, à la fin de l'été 99, donne lieu à des manifestations de joie : une foule en liesse se presse dans la rue pour saluer son entrée dans la ville. A la surprise générale, le nouvel Empereur arrive à pied, se mêle à la population et embrasse les Sénateurs ! Cette simplicité et cette humilité, qui tranchent complètement avec l'attitude de ses prédécesseurs, lui assurent une popularité qui ne se démentira pas durant les premières années de son règne.
"Quel jour que celui où vous entrâtes, longtemps attendu et vivement désiré, dans la capitale de votre empire ! et la simplicité même de cette entrée, quels sujets elle offrit d'admiration et de joie ! Les autres princes s'avançaient, je ne dis pas montés sur un char superbe et traînés par quatre chevaux blancs, mais (ce qui est plus insultant) portés sur les épaules des hommes. Vous, César, la majesté seule de votre taille vous élevait au-dessus de la foule : c'était aussi un triomphe ; mais c'est de l'orgueil des princes, et non de la patience des peuples, que vous triomphiez. Aussi ni l'âge, ni la mauvaise santé, ni le sexe, n'arrêtèrent personne, et chacun voulut repaître ses yeux d'un spectacle si nouveau.(...). C'était partout mêmes transports, mêmes acclamations. Il était juste que tous ressentissent également la joie de votre arrivée, puisque vous étiez également venu pour tous ; et cependant l'allégresse redoublait à mesure que vous avanciez, et croissait presque à chacun de vos pas. (Pline Le Jeune, "Panégyrique", XXII.)

                                        L'accession de Trajan à la Pourpre impériale est rapidement entérinée par le Sénat : pour une fois, la succession ne fait l'objet d'aucun litige et se déroule sans accroc. Le première mesure du nouvel Empereur est la déification de son prédécesseur. Se méfiant de la garde prétorienne, qui a jadis prouvé son manque de loyauté, il passe une bonne partie de son effectif au fil de l’épée et institue une nouvelle garde impériale, composée de provinciaux - les equites singulares.


Trajan Empereur : un conservateur paternaliste.


                                        Très vite, Trajan surprend par ses talents d'administrateur, autant que par ses qualités de chef d'état. S'il sait être ferme, il peut aussi se montrer diplomate et ménage le Sénat. Ainsi, lorsque Pline le Jeune, chargé de rédiger un panégyrique du nouvel Empereur, lui rappelle qu'il doit son élection au Sénat et qu'il doit donc le consulter avant toute décision, Trajan approuve. Et il respectera toujours les formes traditionnelles des institutions - du moins en apparence, car il conserve en réalité l'intégralité des pouvoirs impériaux, et choisit par exemple lui-même les consuls. Trajan maintient donc le caractère absolu du pouvoir mais sait y mettre les formes...

                                        Par ailleurs, et bien que les caisses soient désespérément vides, il n'augmente pas les impôts et préfère dévaluer massivement la monnaie, tout en lançant une vaste enquête contre les Sénateurs et gouverneurs de provinces corrompus, les obligeant à restituer l'argent détourné. Un certain Priscus doit ainsi rembourser la modeste somme de 700 000 sesterces (à peu près 15 millions de nos euros quand même...). Trajan envoie aussi des administrateurs, les correctores, chargés d'examiner les comptes des villes et provinces en difficulté budgétaire et de  rétablir les finances.


Sesterce de Trajan.


                                        S'il rogne sur les dépenses de l’État, Trajan adopte une politique d'aide sociale ambitieuse, dans la droite ligne de celle entamée par Nerva. Il affecte ainsi des fonds spéciaux à la mise en place de mesures destinées aux nécessiteux de Rome : c'est l'alimenta, qui permet de nourrir les plus pauvres et en particulier les enfants, qui reçoivent aussi une éducation. Mais Trajan sait aussi gagner les faveurs du peuple par d'autres moyens. Il organise des combats de gladiateurs, des chasses et des courses de char, et ordonne la remise en état du Circus Maximus, alors très détérioré, portant sa capacité à 250 000 spectateurs.


"Les Marchés de Trajan". (Toile de Joseph Félix Bouchor.)

                                         Sous son règne sont également entrepris de grands travaux d'urbanisme, dont l'aménagement d'un Forum. Ce bien nommé forum de Trajan comprend alors deux bibliothèques (une en langue latine, l'autre en langue grecque), la basilique Ulpienne et la colonne (encore visible aujourd'hui) célébrant la victoire contre les Daces (voir ci-dessous). Trajan fait aussi bâtir un grand ensemble de marchés répartis sur trois étages, un complexe thermal et un nouvel aqueduc, l'Aqua Trajana, qui sera le dernier aqueduc construit pour alimenter Rome.  Il lance aussi des travaux dans le port d'Ostie et la rénovation du réseau routier, avec le pavement de certaines voies, le sur-élèvement des berges et la construction de nombreux ponts. Enfin, il fonde plusieurs colonies pour les vétérans, dont Timgad en Afrique du Nord.

"Mais combien au contraire tu vois grand pour les ouvrages publics ! Ici un portique, là des sanctuaires s'élèvent comme par enchantement, si bien qu'ils semblent non des constructions entièrement nouvelles, mais des restaurations. Ailleurs, le pourtour immense du cirque rivalise avec la beauté des temples, lieu digne du peuple vainqueur du monde." (Pline Le Jeune, "Panégyrique", LI.)

                                        En ce qui concerne les Chrétiens, largement persécutés sous Domitien, ils connaissent un répit sous Trajan. S'il réprime fermement les mouvements séditieux fomentés par les Chrétiens les plus extrémistes, il ordonne dans une lettre adressée à Pline, alors gouverneur de Bythinie, d'éviter les poursuites systématiques :
"Il n'y a pas à les [les Chrétiens] poursuivre d'office. S'ils sont dénoncés et convaincus, il faut les condamner (...). Quant aux dénonciations anonymes, elles ne doivent jouer aucun rôle dans quelque accusation que ce soit ; c'est un procédé détestable qui n'est plus de notre temps." (Pline Le Jeune, "Lettres", X-97.)
De manière générale, Trajan fait preuve de tolérance, dans la mesure où l'autorité impériale n'est pas remise en cause.

                                        Il faut dire que les valeurs du christianisme ne doivent pas paraître tellement extravagantes à Trajan : adepte du stoïcisme, sans doute y trouve-t-il certains rapprochements. A ce titre, Trajan apparaît comme un homme de devoir, qui œuvre avant tout pour l’État et veut agir au nom du Bien. Dans la sphère privée, il mène une vie simple voire spartiate et, loin des débauches de luxe d'un Néron ou d'un Domitien, il reste accessible, fidèle à la première impression faite au peuple romain lors de son entrée dans la ville - sans toutefois se départir de la dignité qui sied à un Empereur. Ce mélange d'humilité et d'honneur plaît aux Romains, qui voient en lui l'image de la vertu. Eutrope rapporte que Trajan aimait à dire qu'il "faisait aux particuliers, étant empereur, l'accueil qu'il eût désiré des empereurs quand il ne l'était pas". (Eutrope, "Abrégé d'Histoire Romaine", VIII - 5.)

Trajan : Viril mais correct.


                                        Trajan accomplit l'exploit d'être aimé et apprécié de tous : sa collaboration avec le Sénat se déroule paisiblement, les habitants des provinces apprécient cet Empereur d'origine hispanique, les légionnaires le reconnaissent comme un des leurs, le peuple est enchanté de sa simplicité, et les intellectuels applaudissent la relative absence de censure et aussi son intérêt pour la philosophie. Car si Trajan n'est pas forcément un homme de culture comme le peut l'être un Marc Aurèle, le stoïcisme ne lui est pas étranger. On rapporte ainsi qu'en campagne, il emmenait avec lui le rhéteur Dion Chrysostome, pour discuter avec lui de philosophie. 



"Trajan donnant des audiences publiques." (Noël Coypel.)

                                        Grand gaillard solide aux traits marqués et au visage énergique, Trajan est avant tout un homme d'action, qui ne semble pas goûter à la politique et aux intrigues de cour. Une petite anecdote est assez révélatrice : lorsque lui parviennent en 108 des rumeurs accusant son ami le Sénateur Licinius Sura de comploter contre lui, Trajan s'invite tout simplement à dîner chez lui ! Et  il met un point d'honneur à manger tout ce qu'on lui sert, et va même jusqu'à se faire raser par son barbier, pour bien montrer qu'il a toute confiance en son hôte. Bref, un type viril mais correct, qui, avant d'être un administrateur d'Empire, reste un général et un homme de guerre. J'ai déjà souligné que notre homme était aimé et respecté par l'armée. Cette popularité n'est pas uniquement imputable à ses indéniables qualités de meneur ou à ses exploits militaires, mais aussi et surtout à la manière dont Trajan, tout comme il sait faire preuve de simplicité et de proximité envers le peuple, agit de même avec les légionnaires dont il partage le quotidien. Allant à pied lors des longues marches, il lutte en première ligne, connaît les soldats par leur nom et s'enquiert personnellement de la santé des blessés, auprès desquels il dépêche même Criton, son médecin personnel. 

                                        Reste que l'Empereur n'a pas que des qualités. Entre autres choses, il aime le vin. Beaucoup, voire un peu trop. Au point que, conscient de cette faiblesse, Trajan en vient à... interdire qu'on obéisse aux ordres qu'il donne en sortant de table ! On peut ajouter que, marié à Plotine avant son adoption par Nerva, Trajan n'aura jamais d'enfant : à sa décharge, il préfère les jeunes éphèbes, et en particulier les jeunes soldats et les jolis acteurs, comme le célèbre pantomime de l'époque, Pylades. Néanmoins, Trajan n'a rien d'un débauché et ses liaisons ne font jamais scandale - ce qui tient autant à la discrétion de l'Empereur qu'à la bienveillante compréhension de son épouse qui aime à répéter qu'elle est heureuse en ménage car, si son mari la trompe, c'est toujours avec un jeune garçon, et jamais avec une femme !


Plotine.


Une guerre peut en cacher une autre : les Daces et les Parthes.


                                        Mais si l'on se souvient surtout de Trajan aujourd'hui, c'est avant tout comme homme de guerre. Deux conflits majeurs marquent son règne : la conquête de la Dacie, et la guerre contre les Parthes.

                                        Tout d'abord, Trajan entreprend de conquérir la Dacie (Roumanie actuelle), alors gouvernée par le Roi Décébale. Officiellement, il s'agit de mettre un terme à l'accord négocié par Domitien, qui oblige Rome à verser de lourds tributs à Décébale. En réalité,  les baisses d'impôt consenties par Trajan doivent être compensées - et le sous-sol dace regorge justement de richesses, et principalement de mines d'or. Au terme de deux campagnes (au cours des années 101 - 102 et 105 - 106), Trajan a fait main basse sur ces ressources minières, quasiment exterminé les Daces, vaincu Décébale qui est contraint au suicide, et la région devient une province romaine. Cette guerre marque la dernière grande conquête de l’Histoire de l'Empire romain, qui atteint à ce moment-là son apogée territoriale. L'histoire des guerres daces est illustrée par les impressionnantes sculptures qui s'étendent en spirale tout autour de la célèbre colonne trajane, que j'ai déjà évoquée ci-dessus.


La colonne trajane.

                                        Après avoir fait un sort aux Daces, Trajan se tourne vers l'Orient et plus précisément vers l'Empire parthe. Cette fois, l'Arménie est au cœur du conflit : autrefois vassal de Rome, ce royaume est un point de discorde incessant entre romains et Parthes. Or, les Parthes ont renversé le roi d'Arménie, et l'ont remplacé par un souverain qui leur est nettement plus favorable. En 106, Trajan a déjà annexé l'Arabie Pétrée, centre névralgique d'une route caravanière reliant les villes de Petra et Bostra. Cette fois, la conquête ne s'est pas faite par les armes car, impressionnée par les victoires romaines, l'Arabie s'est soumise d'elle-même, devenant un royaume-client. C'est une base idéale pour lancer la campagne contre les Parthes. Trajan rassemble donc ses légions, et il ne fait pas de quartier : il conquiert l'Arménie en 114, la Mésopotamie et l'Assyrie en 115. La même année, il fait même tomber Ctésiphon, la capitale des Parthes. Marchant sur les traces de son héros Alexandre le Grand, Trajan a finalement accompli le rêve de César, Antoine et Crassus et a conquis l'Orient. La victoire semble assurée.


L'armée romaine en marche. (Détail de la colonne trajane.)

                                        Sauf que non. A Rome, certains sénateurs commencent à rechigner, jugeant que l'expansion de l'Empire est trop importante. Surtout, les Juifs de Chypre, de Cyrène et d’Égypte se soulèvent et les émeutes essaiment dans tout l'Orient, menaçant les nouvelles possessions romaines. Pour couronner le tout, les états récemment conquis se révoltent, obligeant Trajan à battre en retraite, de peur de se retrouver coupé de sa base et piégé en territoire ennemi.  Pour se sortir de ce bourbier, l'Empereur est contraint de signer la paix avec les Parthes, leur restituant une... partie de la Parthie (!) et leur abandonnant l'Arménie. Ces revers ternissent la réputation de Trajan, jusqu'à lors invaincu, et il reprend finalement le chemin de Rome - qu'il ne reverra jamais. En route, il est frappé par un accident vasculaire cérébral qui le laisse partiellement paralysé, et il meurt peu après, le 8 Août 117 à Sélinonte, en Cilicie. (Turquie actuelle). Il est incinéré sur place, et ses cendres sont rapatriées à Rome, où elles sont placées dans une urne d'or, dans le socle de la colonne trajane. Lui-même est immédiatement divinisé par le Sénat.


En guise de conclusion.


                                        La succession de Trajan ne se fait pas sans heurts. A priori, Trajan avait toute confiance en un de ses généraux, Lucius Quietus, et peut-être envisageait-il de lui confier l'Empire. Mais coup de théâtre : le jour suivant le décès de Trajan, son épouse Plotine annonce qu'il a adopté son neveu Hadrien sur son lit de mort. Plotine a-t-elle falsifié le testament de son défunt mari, comme on le pense souvent ? Probablement, d'autant que Lucius Quietus est rapidement exécuté par un proche d'Hadrien. Ce dernier nie en avoir donné l'ordre, mais l'assassin n'en est pas moins nommé sénateur dans la foulée... Malgré tout, Trajan n'avait apparemment pas pris de dispositions définitives pour régler sa succession, et le subterfuge de Plotine permet au moins d'éviter une nouvelle lutte sanglante entre prétendants.



Buste d'Hadrien jeune.


                                        Devenu Empereur, Hadrien retire les troupes de Mésopotamie et d'Arménie, et il met un terme à la politique expansionniste romaine, anéantissant le rêve d'un Empire infini que semblait caresser Trajan.  Malgré cela, Trajan est souvent considéré comme l'un des meilleurs Empereurs que Rome ait connu, et non sans raison : au cours de ses 9 années de règne, ses exploits militaires portent l'Empire à l'apogée de son expansion territoriale, il assoit l'administration impériale et contribue à embellir Rome par une politique de construction ambitieuse. Sa renommée est telle que, trois siècles plus tard, le sénat romain souhaite aux nouveaux empereurs d'être "plus heureux qu'Auguste et meilleur que Trajan" ("Felicior Augusto , melior Trajan").

                                        Montesquieu lui-même appuie cette idée, en écrivant dans son ouvrage sur les causes de la décadence de l'Empire romain :
 "Nerva adopta Trajan, prince le plus accompli dont l'histoire ait jamais parlé. Ce fut un bonheur d'être né sous son règne. Il n'y en eut point de si heureux ni de si glorieux pour le peuple romain. Grand homme d'état, grand capitaine, ayant un cœur bon qui le portait au bien, un esprit éclairé qui le montrait le meilleur, une âme noble, grande, belle, avec toutes les vertus, n'étant extrême sur aucune. Enfin l'homme le plus propre à honorer la nature humaine, et à représenter la divine". (Montesquieu, "Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence.", XV.)


"La justice de Trajan". (Eugène Delacroix - détail.)

                                        Il n'est pas évident de porter un jugement sur un homme à posteriori mais, au contraire de Paul Veyne qui voit en lui un "soudard bas du front", je dois reconnaître que j'ai une certaine affection pour Trajan. Certes militaire dans l'âme, il est l'archétype de l'Empereur paternaliste, ferme mais juste, proche du peuple mais sans se départir de l'auctoritas attachée sa fonction. Évidemment, les sources sont rares et très partiales - le terme de Panégyrique par exemple vous avait sûrement mis sur la voie - et il est donc difficile de livrer un portrait précis de Trajan, qui apparaît quasiment doté de toutes les qualités, et de rares défauts qui ne le rendent que plus sympathique... Pas sûr que les Daces apprécient !  En revanche, les Roumains semblent plus enthousiastes puisque leur hymne national, "Éveille-Toi, Roumain !", célèbre Trajan :
"Maintenant ou jamais, montrons au monde
Que dans nos veines coule encore le sang romain,
Et que nos poitrines gardent avec fierté
Un nom victorieux, héritier de Trajan !"
Alors que l'hymne espagnol se fiche de Trajan comme de l'an 98 (celui de son accession à l'Empire), c'est quand même un comble !

dimanche 1 février 2015

Plebs, saison 2 : Salve, Grumio !


                                        Ceux qui me suivent régulièrement commencent à le savoir : je suis une fana de séries TV et une acharnée de l'Antiquité romaine. A ma grande joie, il arrive que mes deux obsessions convergent, pour le meilleur ou pour le pire. Et justement, le meilleur et le pire se côtoient dans "Plebs", série britannique dont la saison 2 a récemment été diffusée sur ITV2. Je vous avais parlé de la première saison de cet ovni télévisuel (ici), que j'avais beaucoup appréciée en dépit de quelques réserves. Globalement, je porte exactement le même jugement sur la suite des aventures des trois improbables héros : c'est souvent extrêmement drôle, formidablement rythmé, mais ça ne vole pas très haut. Tant pis, il faut savoir assumer ses mauvais goûts...

                                        Revoilà donc Marcus, Stylax et Grumio, toujours égaux à eux-mêmes. Nos trois losers fauchés accumulent les (mauvaises) idées et les stratagèmes (foireux) pour atteindre leurs buts respectifs. A savoir : Marcus cherche toujours à séduire Cynthia, sa jolie voisine un peu nunuche ; Stylax nourrit l'ambition d'intégrer les cercles branchés de l'Urbs et de coucher avec le plus de filles possible ; et leur esclave Grumio ne veut pas en fiche une rame.



Arrête-ton char, Stylax ! (©ITV2.)


                                         Quid novi sub sole ? Pas grand chose. Si Marcus galère lamentablement au fil des épisodes, il va finalement voir ses efforts couronnés de succès - au-delà de ses espérances... Stylax, de son côté, décide de se lancer dans la carrière d'aurige pour crâner devant les filles - même s'il a juste assez d'argent pour se payer la tenue et n'a jamais conduit un char de sa vie ! Enfin, Grumio se retrouve impliqué dans les combines du proprio, poursuivi par la police pour trafic de drogue. En parallèle, de nouvelles mésaventures toujours plus délirantes attendent nos hurluberlus. Et il n'y en a pas un pour rattraper l'autre ! Marcus achète un nouvel esclave  complètement psychopathe et drague une prostituée sans comprendre que la belle monnaye ses charmes. Stylax cherche désespérément de l'argent pour financer ses cours de conduite, envisageant comme options le chantage ou le sponsoring d'un riche mécène apparemment un peu trop gay... Quant à Grumio, voilà qu'il se découvre la fibre paternelle en ramassant un nouveau-né dans les ordures !

                                        A cela s'ajoutent des personnages secondaires toujours bien allumés : la jolie Cynthia en actrice ratée, le collègue Aurelius sur le point de se marier, Flavia la patronne dévergondée et autoritaire, l'inénarrable proprio aux prises avec les vigiles, l'avocat aux dents longues qui a un compte à régler avec Marcus...

                                        Cette nouvelle saison s'appuie sur les mêmes ressorts comiques que la première, à savoir l'absurde et l'anachronisme. Par exemple, Stylax et Aurelius sont victimes du progrès, respectivement remplacés dans leurs fonctions de déchiqueteur et porteur d'eau par un... braséro et une table ! On parle aussi de tri sélectif (dans quel bac doit-on jeter les bébés qu'on veut abandonner ?), d'immigration et de reconduite à la frontière, et de politique dans un épisode hilarant qui voit nos héros faire la claque pour un candidat aux élections. Même la musique reggae qui rythme les séquences participe au décalage. Et si les plaisanteries scatologiques et les blagues au-dessous de la ceinture sont toujours omniprésentes, certaines séquences sont plus sympathiques bien qu'attendues, comme l'imbroglio amoureux dans lequel se trouve embarqué ce pauvre Marcus.


Stylax, Marcus et Grumio : when in Rome... (©ITV2.)


                                        Malgré tout, je reste ambivalente et ne suis pas entièrement convaincue par cette nouvelle salve d'épisodes. Certes, les acteurs sont toujours formidables dans la caricature comique, mais la première partie donne l'impression que les auteurs tournent en rond, peinant à se renouveler et privilégiant la vulgarité aux réparties amusantes et aux jeux de mots plus subtils. De ce point de vue, les deux premiers épisodes sont tellement catastrophiques que j'ai failli laisser mes Romains en plan ! J'ai persévéré pour l'amour de Rome - et parce que la série ne comporte que 6 épisodes - et je ne le regrette pas. Car en dépit de cette introduction laborieuse, "Plebs" finit par retrouver son rythme et elle devient plus structurée, développant un aspect feuilletonnant conduit en parallèle des intrigues conclues à chaque épisode. Ce qui est d'autant plus intéressant que la conclusion, avec un mini-cliffhanger, est assez prometteuse pour la suite.

                                        En résumé, cette deuxième saison  ne dépare pas de la première, dont elle accentue tous les bons et les mauvais côtés. Quelques excellents épisodes et des gags percutants, des situations vraiment amusantes et des répliques qui font mouche assurent au téléspectateur de passer un bon moment. On n'est pas chez les Monty Pythons, on en est même loin, mais on rit franchement et on prend du plaisir. "Plebs" fait le job. Ni plus, ni moins - mais c'est déjà pas mal.


"Plebs" saison 2, diffusée sur ITV2. 
Pas de diffusion prévue en France à ma connaissance, ni de sortie DVD (mais la saison 1 était disponible chez Amazon.). La bande annonce est visible sur Youtube et les épisodes facilement trouvables. (Je dis ça, je ne dis rien...)

samedi 24 janvier 2015

Musée d'Arles Antique : envoyez vos photos !


                                        Quand on aime, on a toujours vingt ans... Vingt ans, c'est justement l'âge du Musée départemental d'Arles Antique. Vingt ans que sont regroupés dans ce bâtiment ultra-moderne posé au bord du Rhône quelques-uns des plus beaux témoignages archéologiques régionaux, et que le Musée ne cesse de se renouveler en exposant par exemple son célèbre buste de César ou plus récemment l'épave d'un vaisseau découvert au fond du fleuve. L'institution est rapidement devenue un lieu incontournable, accueillant depuis son ouverture plus de deux millions de visiteurs venus découvrir ses trésors au gré d'expositions événementielles ou au fil des collections permanentes qui révèlent le quotidien de la province romaine de la Narbonnaise.

                                        C'est donc un anniversaire très particulier, auquel vous êtes tous conviés à participer au travers d'une initiative originale et vraiment sympathique : une expo photo dont vous êtes les héros ! Le musée sollicite en effet le public et lance une grande collecte photographique en vue d'une exposition joliment intitulée "L'antique e(s)t nous", prévue au printemps 2015.







                                        Vous voulez être de la fête ? Rien de plus simple : il vous suffit de fouiller dans vos albums de famille et d'en extraire les photos vous montrant à côté d'un monument antique ou d'un site archéologique du pourtour méditerranéen. De Rome à Athènes, de Pétra à Carthage, d'Alexandrie à Naples, en passant par Syracuse, Tarragone ou Mérida - mais Nîmes, Fréjus ou une bonne vieille borne milliaire, ça marche aussi. L'idée est moins de montrer ces vestiges que d'illustrer la manière dont ils s'intègrent dans notre vie : comment ils s'inscrivent dans des paysages qui nous sont familiers, comment ce prestigieux passé s'insère dans notre quotidien, comment encore nous nous l'approprions comme décor de nos souvenirs les plus anodins (le pique-nique dans les arènes de Cimiez) ou les plus émouvants (photos de voyage, de mariage, etc.) Collision inattendue de deux passés, notre histoire personnelle se superpose à l'Antiquité lointaine qui a façonné notre culture et notre société.

                                        A titre personnel, je vous avoue que je trouve l'idée aussi émouvante qu'amusante. Émouvante parce que perce parfois un sentiment doux-amer, l'illustration du Carpe diem cher à Horace. D'une certaine manière, la confrontation de l'instant éphémère ainsi capturé et des vestiges d'une civilisation disparue symbolise ce vain désir de retenir le temps qui passe, de capturer les moments heureux avant qu'ils ne s'enfuient. Mais amusante aussi, parce qu'on a tous posé à côté du Colisée ou devant les Arènes, fier comme Artaban et en se prenant un peu pour le Roi du monde ! Ces sentiments mêlés, cet enchevêtrement de nostalgie et de joies ressuscitées : voilà les moments de vie qui représentent cet Antique e(s)t nous.


© 001
  Françoise Denise Éphèse 1971


                                        Après l'envolée lyrique, soyons pragmatiques ! Pour participer, dépêchez-vous car vous n'avez que jusqu'à la fin du mois. (N.B. : J'avais précisé que seules les photos argentiques étaient acceptées : c'était une erreur, vous pouvez vous lâcher et envoyer du numérique !!) Plusieurs solutions s'offrent à vous :
  • Numérisez vos photos de famille et envoyez-les par courriel à 20ans.mdaa@cg13.fr (Un seul cliché par envoi.)
  • Déposez-les à l’accueil du musée ou dans une des bibliothèque du réseau de la bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône (liste sur Internet)

Dans tous les cas, il vous faudra remplir une fiche d'informations (lieu, date, etc.) et une autorisation d'utilisation. Ces deux documents sont disponibles dans les points de collecte et sur le site du Musée ( www.arles-antique.cg13.fr)


Pour tout renseignements :  04 13 31 51 53 / 20ans.mdaa@cg13.fr